Aller au contenu

Le jour des défunts

Par Cosme Chantal

Après la belle fête de tous les Saints l’Église honore, le 2 novembre, le jour des morts.

La mort est une déchirure, un passage qui sépare irrémédiablement les êtres, un vide, une souffrance une épreuve difficile à traverser. Ce jour qui leur est dédié est une nécessité pour les familles endeuillées.
En restant fidèles à leur mémoire, en allant se recueillir sur leurs tombes nous restons unis, en lien avec l’être cher, présent, en communion avec nous.

La beauté de la mort c’est la présence. Les morts sont les invisibles, mais ils ne sont pas les absents.
(Victor Hugo)

1- D’où cela vient-il ?

La tradition de prier pour nos morts s’enracine dans la Bible. Judas Maccabée fait « un sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés » (2 Martyrs 12,46).
Une pratique poursuivie par l’Église, fondée sur la conviction qu’il existe une solidarité mystique entre vivants et défunts. Nous ne faisons pas notre salut pour nous tous seul, mais les uns pour les autres, car nous appartenons à un même corps dans lequel circule la Grace.
Saint Jean Chrysostome (IV Siècle) disait : « N’hésitons pas à porter secours à ceux qui sont partis et à offrir nos prières pour eux »

2- Un état de purification

Cette prière implique l’existence d’un état de purification après la mort. Jésus l’atteste quand il parle du « blasphème contre l’Esprit Saint qui ne sera pardonné ni dans ce monde, ni dans l’autre. » (Matthieu 12 ;31).
Cette idée a été approfondie par la doctrine du purgatoire. L’âme séparée du corps auquel elle ne sera réunie qu’à la résurrection finale, est mise en face à la vérité de ce qu’elle est.
Benoît xvi « Le regard du CHRIST le battement de son cœur nous guérisse grâce à l’amour brulant qu’il nous donne »

3- L’intercession de l’Église

L’Église prie pour les défunts en voie de purification lors de la messe, qui est le cœur de sa vie.
« Souviens toi aussi de nos frères qui se sont endormis, dans l’espérance de la résurrection et de tous les hommes qui ont quittés cette vie, reçois les dans ta lumière auprès de toi ». (Prière Eucharistique)

4- Se soucier des défunts.

Si l’Église prie pour les morts, nous pouvons avoir le souci de penser à eux et d’entretenir le souvenir. Offrir une messe à la date anniversaire du décès, Faire un petit oratoire : photo, bougie, fleur, prière. Savoir les rendre présents autrement, les rendre vivants autrement !
Savoir remettre nos morts avec confiance en Dieu.
Il existe des dévotions propres comme la neuvaine de Sainte Marie Marguerite Alacoque ou le chapelet pour les âmes du purgatoire. ON peut ajouter à la fin du chapelet la prière des bergers de Fatima « Oh mon Dieu ! pardonnez-nous nos péchés, Préservez-nous du feu de l’enfer, et conduisez au ciel toutes les âmes spécialement celles qui ont le plus besoin de votre Sainte Miséricorde »

5- La juste attitude.

Ce qui nous aide à faire le deuil c’est de les remettre avec confiance à Dieu et d’espérer la joie de la résurrection. La communion des saints, c’est cette relation entre eux et nous, qui, par la Grace de Notre Seigneur, permettra que l’amour qui nous relie continue de grandir jusqu’à ce que nous nous retrouvions.

Espérer avec la lecture des Psaumes nous aide à traverser ce temps d’épreuve
(Ps :4 Ps ;22 Ps ;26 PS ;33 Ps ;41 Ps ;85 PS ;102 PS ;129)

« Comme un cerf altéré cherche l’eau vive,
Ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu. » (Ps,41)

 

 

Quel est le sens de la vie ?

Venez découvrir le parcours Alpha Classic à la paroisse Saint-Joseph

Patronage Saint-Joseph

Pour la cinquième année, le patronage Saint-Joseph ouvre ses portes aux enfants du quartier et leur offre de grandir ensemble dans la joie dans un cadre privilégié.

Prier avec saint Joseph, patron de notre paroisse

Saint Joseph est le patron de notre paroisse, prions-le à nos intentions et à celles de tous les gens qui nous entourent.

Faire défiler vers le haut